Les infos de Bouffémont

Bonne année
6 janvier 2023

Bonne année 2023

Le Maire, Michel Lacoux, le Conseil municipal et le Personnel communal vous offrent une symphonie de couleurs et vous présentent leurs Meilleurs Vœux pour 2023 !

Lire le mot du maire ci-dessous
ou télécharger ici 
LETTRE Voeux 2023

L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire.
Cette citation d’Henri Bergson évoque combien notre résilience d’élu local est forte et doit l’être, à l’image de celle des Français et de vous Bouffémontois(e)s, dans ce contexte national et mondial plus que difficile. C’est le propre de l’Homme de pouvoir s’adapter.

Face à la crise énergétique et à l’inflation, tous
les citoyens sont touchés au quotidien, et ce sont les plus modestes qui souffrent le plus.

Nous en sommes conscients, nous élus locaux, en permanence sur le terrain, ancrés « dans la vraie vie ». Mais il faut avoir conscience aussi, que ce qui affecte les citoyens affecte encore davantage les collectivités.
C’est pourquoi, avec les maires du département, j’ai interpellé les parlementaires sur le Projet de Loi de finances 2023, j’ai signé un courrier dans le même sens avec les maires d’Ile-de-France et exigé avec eux l’aide de l’État lors du dernier Congrès des Maires.

Ces dernières semaines nous entendons le même refrain : « Comment boucler les budgets avec toutes ces hausses exorbitantes ? ». L’État a enfin consenti à entendre – un peu – toutes les associations d’élus. Devant l’évidence et la mobilisation des parlementaires, il a revalorisé les bases d’imposition et accordé une prise en charge partielle du surcoût énergétique. Mais le compte n’y est pas.

Bouffémont, comme toutes les communes de France est confrontée à deux impacts majeurs sur ses finances.
Le premier, induit par les augmentations du SMIC et la revalorisation des salaires dans la fonction publique. Ces mesures sont justes pour le pouvoir d’achat, mais pèsent très lourd sur notre budget.
Le second concerne l’inflation, et en particulier la flambée des prix de l’énergie. Il faut savoir que, à la différence des ménages qui bénéficient du bouclier tarifaire limitant les incidences sur leur facture, les collectivités ne sont pas protégées.
Après des semaines d’attente, nous pouvons maintenant chiffrer la facture annuelle pour le gaz. Son montant sera multiplié par quatre en 2023 !
Et qu’en sera-t-il de l’électricité ? Au bas mot, plusieurs dizaines de milliers d’euros supplémentaires ! Comment affronter ces surcoûts tout en assurant la continuité du service public et la poursuite de notre programme ?

Comment construite le budget dans un tel contexte ?
Il n’y a pas de remède miracle. Deux possibilités s’offrent à nous :
• La première consiste à diminuer les dépenses.
C’est le sens de la lettre de cadrage, que j’ai adressée aux élus et à tous les services, qui prône les économies tous azimuts et nous-nous y efforçons chaque jour.
Nous avons également élaboré le Plan Sobriété Solidarité (plan global de sobriété énergétique).
Nous regardons tout à la loupe dans l’objectif de modifier durablement les consommations et de changer les habitudes : réduction de la température dans les bâtiments communaux, extinction de l’éclairage public la nuit, limitation des illuminations de Noël, traitement des bâtiments les plus énergivores. Rien n’est négligé.
Mais nous devons en même temps éviter de dégrader la qualité du service public.

• La seconde possibilité consiste à augmenter les recettes. Ce peut être par la hausse des tarifs des services : cantine, accueil périscolaire et de loisirs, crèche… Dans ce cas
c’est l’usager qui est impacté, c’est-à-dire les familles qui utilisent ces services indispensables pour la grande majorité d’entre elles.
Nous avons fait le choix difficile, à la rentrée de ne pas répercuter l’inflation. Mais, dans la durée, nous risquons de ne plus pouvoir rendre le service ou maintenir la qualité.

En dernier ressort, il reste la fiscalité. L’impôt est un outil démocratique qui contribue à l’équilibre du modèle social de notre pays. Pour une commune, il se concrétise entre autre par le financement de la rénovation des bâtiments, en premier lieu de nos écoles, ou encore dans l’assurance d’une restauration scolaire de qualité pour tous nos enfants, dans l’entretien des espaces publics, etc.
A noter que la fiscalité locale n’a pas bougé de notre fait depuis 2017.
C’est lors du conseil municipal du mois de mars que sera voté le budget. Si nous étions contraints, nous appuyant sur la gestion saine de nos finances, nous ferions tout pour qu’une augmentation soit la plus raisonnable possible. Avant de mettre à contribution les habitants, nous devons nous obliger à cet effort d’économie et de rationalisation.

Toutefois, nous n’abandonnerons pas notre programme. Certains projets seront peut-être retardés, mais nous avons pris des engagements pour répondre aux besoins des habitants.
Nous avons de nombreuses priorités à traiter : la rénovation énergétique des bâtiments, l’aménagement du local de la police municipale, l’entretien de la voirie (les nids de poule refont leur apparition, accélérée par l’alternance froid et pluie après la sécheresse).
De plus, laisser certains espaces se dégrader davantage n’est pas de bonne gestion car il est plus coûteux de les réparer ensuite. Et rénover notre patrimoine bâti permettra, à terme, de faire des économies.
Mais en attendant, il faut sortir le carnet de chèques, piocher dans notre épargne ou emprunter. Et chacun sait que l’endettement et les déficits sont des ardoises laissées à nos enfants et aux générations futures…

Aura-t-on des coupures d’électricité cet hiver ?
Les pouvoirs publics semblent moins inquiets désormais.
Les services sont prêts cependant à y faire face. En cas de « délestage » annoncé, la veille pour le lendemain, nous vous tiendrons informés par le biais de nos supports numériques. Pour vous organiser, vous pouvez aussi vous inscrire sur la plate-forme MonEcoWatt ou télécharger l’application.

En 2022, l’animation locale a bien repris son rythme.
Le marché de Noël, étoffé, a été très apprécié et le froid qui n’a pas faibli, n’a pas découragé pour aller voir le beau feu d’artifice tiré dans la plaine.
En ce début d’année, se préparent déjà le Maxicross, le Carnaval, la Journée de la Femme, le Printemps des poètes, des concerts et des expositions.

Les fêtes de fin d’année se sont passées tranquillement, sans aucun débordement dans la commune et je m’en réjouis. Toutefois, un petit nombre de perturbateurs bien identifiés gâchent encore la vie des riverains par leurs incivilités, leurs trafics, le vandalisme parfois.
En étroite liaison avec le bailleur, la gendarmerie et la police municipale, sans faiblesse avec amendes et expulsions si nécessaire, nous en faisons un chantier prioritaire.

Au chapitre des réussites de la mutualisation avec la Communauté d’Agglomération Plaine Vallée (CAPV), citons la poursuite du développement des services de la bibliothèque, maintenant dotée d’une boîte de retour des livres. Et l’on peut désormais réserver et emprunter un ouvrage dans une autre ville de l’agglomération.
Également à l’initiative de la CAPV, la réhabilitation du Val-d’Ezanville avance bien.
La démolition des premiers bâtiments a débuté. Seuls Buffalo Grill, Cleancar et But ne seront pas démolis, ce dernier sera requalifié.

Concernant les travaux, le permis de construire de la Résidence Seniors Services a été déposé. Située dans le prolongement de l’EHPAD Le Mesnil, elle complétera l’offre d’accueil pour cette tranche d’âge qui s’accroît. Reste encore quelques d’obstacles administratifs à franchir avant de voir sortir de terre l’établissement en lieu et place des ruines qui défigurent l’entrée de la commune par Chauvry.

Si les travaux du Foyer Louis Fiévet (APF) avancent vite, la construction des logements prévus rue de la Plaine de France est différée. Le promoteur est lui aussi impacté par le renchérissement des matériaux et de l’énergie.

Côté nature, notre forêt sera bientôt classée en forêt de protection, suite à l’enquête publique et au rapport favorable du commissaire enquêteur.
Bonne nouvelle : notre travail effectué sur les pollinisateurs sauvages a été récompensé le 13 décembre par un prix décerné par le département du Val-d’Oise.

Dans le domaine économique, Territoire zéro chômeurs (TZCLD) est maintenant une entreprise à but d’emploi, avec 19 personnes salariées. Elle offre des services aux collectivités comme aux particuliers. La CAPV soutien en outre cette initiative en finançant un poste d’administrateur. Et, en fin d’année, nous avons fait appel à cette nouvelle entreprise pour la création de décorations réalisées avec des matériaux de récupération.

Enfin, sans oublier que le drapeau urkrainien flotte depuis près d’un an sur la façade de la mairie, je terminerai par une note d’optimisme, avec ces mots de George Sand :
« L’avenir peut s’éveiller plus beau que le passé »

Au nom du Conseil municipal,
Je vous adresse mes Meilleurs Vœux
pour 2023.

Bien à vous,
Michel Lacoux.

A lire aussi